topblog Ivoire blogs

09/11/2012

Croire en la Vérité sur l'Origine du Christ, n'est ni une mythomanie, ni du racisme; mais un Acte de Foi.

Introduction

« La valeur n’attend point le nombre d’années » dira-t-on dans un adage du monde, paraphrasant ainsi, ce qui est qualifié de Concept d’Elihou. Job 32 verset 6-10 : « Et Elihu, fils de Barakeel de Buz, prit la parole et dit: Je suis jeune, et vous êtes des vieillards; C’est pourquoi j’ai craint, j’ai redouté De vous faire connaître mon sentiment. Je disais en moi-même: Les jours parleront, Le grand nombre des années enseignera la sagesse. Mais en réalité, dans l’homme, c’est l’esprit, Le souffle du Tout-Puissant, qui donne l’intelligence; Ce n’est pas l’âge qui procure la sagesse, Ce n’est pas la vieillesse qui rend capable de juger. Voilà pourquoi je dis: Ecoute! Moi aussi, j’exposerai ma pensée. »

Dans l’Eglise de Dieu, nous avons des gens qui se proclament Prophètes, Apôtres, Pasteurs, Anciens, etc. Mais, on se demande, comment ils n’ont pas eu la révélation sur cette comédie mondiale, financée par des fondations financièrement puissantes, comme les Rothschild, qui a consisté à usurper la place de Dieu, du peuple de Dieu, de la loi de Dieu, en la déformant ? Quel esprit anime ces autoproclamés qui se pavanent dans les temples comme des pharisiens ? La convoitise, dirons-nous ! C’est pourquoi, le vrai Prophète de Dieu, Jean-Baptiste, en Matthieu 3 verset 9, version bible Pastorale de Maredsous, dit : « au lieu de vous contenter de vous dire: Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham ». Ces Prophètes, Apôtres, Pasteurs autoproclamés, « se contentent » de dire qu’ils sont de la descendance pure, sans réellement faire le travail pour lequel ils disent avoir été appelé. Alors Dieu leur dit qu’il « suscitera » des personnes, insoupçonnés, auxquels personne ne pense, qui n’ont pas « pignon sur rue », sans titres, pour continuer son œuvre. Ces autoproclamés, ils aiment les titres mais ne font rien ; au lieu d’agir comme Moïse, qui a reçu le titre de Dieu et qui le refuse, par humilité. Exode 7 verset 1 : « L’Eternel dit à Moïse: Vois, je te fais Dieu pour Pharaon: et Aaron, ton frère, sera ton prophète ». Mais, Moïse oublie avec qui, il parle, c’est-à-dire celui qui a le pouvoir sur toutes choses ; alors il dit : « Voici, je n’ai pas la parole facile; comment Pharaon m’écouterait-il? ». On pourrait dire qu’il ne respecte pas Dieu. En réalité, c’est une merveilleuse preuve d’humilité, d’abandon de soi à Dieu. Mais que font nos autoproclamés : ils vont au devant du titre et s’asseyent dessus, le protège comme un trophée.

Ainsi, Dieu utilise-t-il ce jour ses serviteurs inconnus pour faire parvenir sa parole, sa prophétie. Certains diront : « Pourquoi la couleur noire de Jésus ? Pourquoi l’Afrique comme origine du Christ ? C’est certainement du racisme ! »

Souvenons-nous que : Selon des études approfondies, à nous exposées par john@lesvainqueurs.org sur son blog : http://lesvainqueurs.org/, les Hébreux n'appelaient pas leur région, celle de l'ancien royaume de Juda, Judée. Pourquoi devraient-ils changer le nom qu'ils ont eu et gardé depuis des siècles ?

En Afrique dans ma région et bien ailleurs, les noms que nous avons donnés à nos villes ou villages ou régions, et même ceux que nous portons, ne changent pas quand nous parlons notre propre langage. Les noms donnés par les colons sont utilisés quand on parle leur langue.

Exemple, moi, on me nomme Djédjébodo’okeutrozénomana. Cela signifie, « Djédjé, arbre fruitier qui lorsqu’il produit, les oiseaux se réjouissent. » Compte tenu de la mauvaise adoration, apportée par Satan (Cf. Chapitre IV, page 21, ci-dessous), ayant vu les vertus de l’arbre, les anciens parents se sont mis à l’adorer. Alors que cet arbre est plutôt l’image même de la générosité. Christ lui-même, compare le royaume de Dieu à un arbre. Matthieu 13 verset 31 : « Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches ». L’Afrique tout entière, par le personnage de Nebucadnetsar de Babylonne, en Afrique (Cf. Cartes du 16è siècle), est présentée comme un arbre. Daniel 4 verset 10-12 : « Voici ce que je vis, dans les visions de mon esprit, pendant que j’étais sur mon lit : Au milieu de la terre, un arbre très haut. Cet arbre était grand et fort, sa cime atteignait le ciel, et on le voyait de toutes les extrémités de la terre. Son feuillage était beau et ses fruits abondants ; il portait de la nourriture pour tous ; sous lui, les bêtes sauvages trouvaient de l’ombre ; dans ses branches habitaient les oiseaux du ciel, et tout être vivant tirait de lui sa nourriture. » (Nous reviendrons, dans une autre étude, sur cet enseignement).

Lorsque, le nom est réduit, il change de sens. Ainsi, lorsque « Djédjébodo’okeutrozénomana » devient Djédjé, il n’est plus lié « à ses qualités qui font la joie des populations ». Il est réduit à un arbre fétiche qui est adoré, en lieu et place de Dieu. C’est ce qui se passe chez moi ; et c’est ce qui se passait dans l’Israël antique. L’Esprit est Un. « Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, mais l’on y prend point garde » (Job 33 verset14)

Dieu doit donc prendre toute sa place, de même que le Christ. Cela, on ne le trouve que dans leurs origines ; parce que « le manque de science n’est bon pour personne » (Proverbes 19 verset 2). Et, Proverbes 25 verset 2 : « La gloire de Dieu, c’est de cacher les choses; La gloire des rois, c’est de sonder les choses ». C’est pour cela Dieu nous dit : Jérémie 33 verset 3 : « Appelle-moi, et je te répondrai, je t’apprendrai de grands secrets que tu ne connais pas ».

Comment pourraient-on suivre l'accomplissement des prophéties, si les noms des lieux, des personnes, les couleurs, étaient changés au gré des conquérants ?

Comme des Béréens, 1Thessaloniciens 5 verset 19-20 : « Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon ». C’est pour cela :

-              Parler avec l’inspiration du Saint-Esprit, de la couleur du Christ, est la parole de Dieu.

-              Nous devons savoir que : La Parole de Dieu est dans la bible ; mais la bible n’est pas la parole de Dieu.

-              Nous devons savoir : ce que dit la Parole Sainte sur la couleur du premier homme.

-              Nous devons comprendre, avec l’Esprit du Dieu véritable, comment Satan a corrompu la terre et caché la couleur originelle de l’homme, et la vérité ? Et ne pas se contenter de sermons puérils, des promesses sans fondements.

-              Enfin croire, en la vérité sur l’origine du Christ, est un acte de foi.

 


I. Parler avec le Saint-Esprit, de la couleur du Christ est la parole du Dieu véritable.

La mythomanie, par définition est une propension au mensonge compulsif. Le terme mythomanie a été inventé en 1905 par un certain Ernest Dupré. Après sa création, le mot mythomanie a été mis en compétition avec le mot mythologie, terme plus ancien qui date de la civilisation grecque.

La mythologie est l’étude des mythes ou discours, ou encore récits. A l’origine, le mot mythologie consistait à étudier les mythes (discours ou encore récits) des faits vécus, et racontés de bouche à oreilles. Ces récits ont traversé l’histoire ou les époques.

a) Ils sont transmis par la tradition, qui, à travers les exploits fabuleux (héros, divinités, etc.), tente d’expliquer les phénomènes naturels et humains (naissance du monde, de l’homme, des institutions ; acquisition des techniques).

b) Ces récits ou personnages peuvent, en traversant l’histoire, être une représentation amplifiée et déformée par la tradition populaire. Alors, ils prennent force de légende dans l’imagination collective.

Le premier cas, parle des faits réels, historiques. Un peuple a des avantages culturels et spirituels à connaître son histoire. L’Apôtre Paul nous dit :

« Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles » (1Corinthiens 11 verset 11).

Ainsi, quand Dieu nous dit que notre ancêtre s’appelle Adam, nous devons savoir qui, il est : sa couleur, ses enfants, l’emplacement de son village, sa généalogie. La question de généalogie ne sera pas de nous glorifier dans des généalogies sans fin ; mais, de rétablir la base de notre foi. Dieu même me le dit, afin que mon adoration ne soit pas vaine :

« Qu’il n’y ait au milieu de toi point de Dieu étrangers ! Ne te prosterne pas devant des Dieux étrangers ! » (Psaumes 81 verset 10).

Dans le dernier cas, la légende mythologique, est un récit fictif, le plus souvent d’origine orale, faisant appel au merveilleux. L’Apôtre Paul nous déconseille d’enseigner ces fables dans l’église :

« Ne pas s’attacher à des fables et à des généalogies sans fin, qui produisent des discussions plutôt qu’elles n’avancent l’œuvre de Dieu dans la foi » (1Timothée 1 verset 4).

C’est donc à tord que l’usage populaire veut confondre mythomanie et mythologie, alors que les deux, non seulement, ne signifient pas la même chose ; mais, les deux ne datent pas des mêmes époques.

Dieu n’a jamais fait mystère sur la couleur de son peuple. Cependant, c’est, par les ruses de Satan que la couleur première des enfants de Dieu est devenue une révélation, un objet de polémique afin d’égarer. Or, « Le manque de science n’est bon pour personne et celui qui précipite ses pas, tombe dans le péché » (Proverbes 19 verset 2). En d’autres termes, nous devons connaître notre histoire.

Dans le cas d’espèce, nous sommes nés alors que la religion catholique et ses démembrements, protestants évangéliques et pentecôtistes, existaient déjà :

Nous sommes-nous, demandés, quelle était réellement cette croyance ? Ou bien, avons-nous cru parce que, ce dieu nous délivrait simplement de nos problèmes ?

Quelqu’un me dirait, que cherchons-nous, si ce ne sont pas, une délivrance et des bénédictions ?

Oui, mais le véritable Dieu dit que si tu ne l’as pas vraiment découvert, et si tu ne cherches que les bénédictions, tu risques de tomber sur un faux dieu ; tous les dieux bénissant, en effet.

Exemple1 : Paul et Silas recherchés pour avoir prêché une autre divinité

« Mais les Hébreux jaloux prirent avec eux quelques méchants hommes de la populace, provoquèrent des attroupements, et répandirent l’agitation dans la ville…en criant : Ces gens, qui ont bouleversé le monde, sont aussi venus ici, et Jason les a reçus. Ils agissent tous contre les édits de César, disant qu’il y a un autre roi, Yehoshua. Par ces paroles, ils émurent la foule et les magistrats » (Actes 17 versets 5-8).

D'après l'une des lettres qu'il écrivit à cette Église (1Thessaloniciens 1.9), on sait que la plupart de ceux qui devinrent croyants, étaient issus des milieux païens idolâtres de la ville. Cela veut dire que la majorité du temps que Paul a passé à Thessalonique, il l'a consacré aux non-Juifs. Ce Jason, qui est mentionné ici, avait offert l'hospitalité de sa maison à Paul et Silas et c'est là qu'une foule en colère, dirigée par de la racaille, aux dires mêmes de l’auteur, vient chercher les deux apôtres pour les traduire en justice.

Thessalonique était une ville dite libre, ce qui signifie qu'elle était souveraine en ce qui concernait ses affaires municipales et n'avait pas à se référer à l'administration provinciale romaine. Elle possédait sa propre assemblée législative et ses élus locaux, des magistrats qui formaient le conseil de la ville.

Les Hébreux qui cherchaient la condamnation à mort de Yehoshua avaient eux-mêmes dit au gouverneur Ponce Pilate : Nous n'avons de roi que César. C'est ce qui explique l'émotion et l'emportement de la foule. Par contre, l'accusation comme quoi ces hommes avaient mis le monde entier sens dessus dessous, était une exagération sans l'être. En effet, l'Évangile, la Bonne Nouvelle de Yehoshua Ha Masha, était en train de bouleverser le monde. Il avait un effet considérable, car il opérait une véritable révolution, d'abord d'ordre personnel, mais qui se traduira éventuellement par un immense mouvement social.

La racaille qui cherchait à lyncher les envoyés de Dieu, avait leur dieu qui s’appelait César. A cause de lui, leurs affaires prospéraient.

 

Exemple2 : Paul et Silas, battus pour avoir rendu inefficace une divinité

« Un jour que nous nous rendions au lieu de prière, une esclave vint à notre rencontre. Elle avait en elle un esprit de divination, et ses prédictions procuraient de grands revenus à ses maîtres. Elle se mit à nous suivre, Paul et nous, en criant à tue-tête : — Ces hommes-là sont des serviteurs du Dieu très-haut : ils viennent vous annoncer comment être sauvés ! Elle fit cela plusieurs jours de suite. À la fin, Paul, excédé, se retourna et dit à l'esprit : — Je t'ordonne, au nom de Yehoshua Ha Masha, de sortir de cette femme ! À l'instant même, il la quitta. Lorsque les maîtres de l'esclave s'aperçurent que leurs espoirs de gains s'étaient évanouis, ils se saisirent de Paul et de Silas et les traînèrent sur la grande place de la ville devant les autorités. Ils les présentèrent aux magistrats romains et portèrent plainte contre eux en ces termes : — Ces gens-là sont des Juifs qui jettent le trouble dans notre ville. Ils cherchent à introduire ici des coutumes que nous, qui sommes Romains, n'avons le droit ni d'accepter, ni de pratiquer ! La foule se souleva contre eux. Alors, les magistrats leur firent arracher les vêtements et ordonnèrent qu'on les batte à coups de bâton. On les roua de coups et on les jeta en prison. Le gardien reçut l'ordre de les surveiller de près. Pour se conformer à la consigne, il les enferma dans le cachot le plus reculé et leur attacha les pieds dans des blocs de bois » (Actes 16.16-24).

Quelques hommes tiraient grands profits des pratiques divinatoires auxquelles se livrait leur servante qui était selon Luc, possédé d'un démon et qui avait le pouvoir de prédire l'avenir moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes bien sûr. Cette servante faisait un ramdam pas possible, mais disait la vérité. Elle savait par le mauvais esprit qui l'habitait qui étaient ces hommes et pourquoi ils étaient là. C'était pour elle une façon d'appeler au secours, mais Paul a attendu plusieurs jours avant de réagir, car il pressentait que dès que le démon serait chassé les choses se corseraient pour eux, et que leur ministère dans cette ville serait terminé ; et c'est exactement ce qui s'est passé.

Rome permettait bien à chacun d'avoir sa propre religion, mais non de faire du prosélytisme auprès des citoyens romains. L'accusation portée contre Paul et Silas était donc très préjudiciable. L'empereur Claude, c'est-à-dire Claudius César, venait juste d'expulser les Hébreux de Rome. Alors bien sûr, les colonies romaines étaient saisies par la même vague d'antisémitisme.

Enflammée par ses préjugés, la foule se souleva contre Paul et Silas. Les magistrats ne firent aucune enquête. Ce sont les cris de la multitude qui dictèrent leur conduite. Les bourreaux étaient toujours présents, et la coutume romaine était de frapper au fouet le corps mis à nu. Paul dit dans une de ses lettres : «  Trois fois j'ai été battu de verges  ». Quelle réception dans la première ville européenne où ils prêchèrent l'Évangile ! On les charge de coups puis on les met dans le donjon avec les fers aux pieds.

C’est pourquoi, la parole dit en 2Pierre2 verset 19 :

« Ils leur promettent la liberté alors qu’ils sont eux-mêmes esclaves des passions qui les mènent à la ruine ; car tout homme est esclave de ce qui a triomphé de lui. »

Ne sommes-nous pas esclaves de nos passions qui nous mènent à la ruine ? Avons-nous pris la mesure du dieu « Jésus » arrivé seulement il y a deux mille ans, alors que le monde existe depuis plusieurs dizaines de millénaires ? Et par coïncidence, Jésus apparaît à la fin de l’ère du bélier et inaugure, la nouvelle ère du poisson ? Cela correspond à la fin de l’ère de Moïse et le début du « sauveur de l’humanité ». Tout ceci, dans la logique astrologique de la croix du zodiaque, qui veut que chaque deux mille cent cinq (2150) ans, il soit inauguré une nouvelle ère ou âge ou encore temps ? Et pour respecter la tradition païenne, les créateurs de Jésus, lui font prononcer cette phrase terrible : Luc 22 verset 10 :

« Voici, quand vous serez entrés dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le dans la maison où il entrera »

Ce passage est de loin, le passage le plus révélateur de toutes les références astrologiques de la bible : l’homme portant une cruche d’eau, est le Verso ; le porteur d’eau qui est toujours représenté comme un homme versant de l’eau de sa cruche. Cela signifie que l’ère suivant, celle de Jésus ou du Poisson qui prend fin, est celle du Verso. En d’autres termes, quand « le fils de dieu » quittera l’ère du Poisson, il ira dans l’ère du Verso. C’est ce que Jésus veut dire par ce verset de Luc, et cela est de l’astrologie. Or, Jérémie 27 verset 9-10, dit dans version bible Parole de Vie :

« Et vous, n’écoutez pas vos prophètes, ni ceux qui prédisent l’avenir, ni ceux qui interprètent les rêves, ni ceux qui lisent dans le ciel, ni ceux qui pratiquent la magie. Ils vous disent tous : Vous ne tomberez pas sous le pouvoir du roi de Babylone. Mais ce qu’ils vous annoncent est faux. Si vous les écoutez, vous serez chassés loin de votre pays. Oui, je vous ferai partir de tous côtés, et vous mourrez. »

Les coïncidences avec ce sauveur, appelé Jésus, sont troublantes avec les faits astrologiques. C’est même pour cela que toutes les théories archéologiques sur les religions, concourent à dire que, l’histoire du sauveur « Jésus » remonte en Egypte antique.

Mais, l’Egypte ou Mitsraïm (Genèse 10 verset 6) ou « terre noire » est l’un des fils de Cham, fils de Noé. Et il n’est pas son premier fils, mais, Cush ou Ethiopie. Les recherches de ceux qui cherchent la vérité devraient donc aussi s’étendre en Ethiopie.

Avant tout ce monde égyptien et éthiopien, il y avait des générations et des générations qui ont précédé et ont vécu. C’est de leur histoire que nous parlons, et dont est issu le Vrai Sauveur.

 Or ce Jésus est une création astrologique que les occidentaux ont apporté ; et qui est arrivé à nos parents africains, à partir du quatrième voire du quinzième siècle ?

Avant ce dieu, quel Dieu adoraient nos parents ? Ou bien, avons simplement rejeté ce Dieu sous le prétexte qu’il était un faux dieu ?

Le Saint-Esprit me dit que l’homme noir adorait le Dieu véritable parce que la couleur première de l’homme que Dieu a créé est noire. Pour confirmer cela interrogeons encore, la parole biblique.

 

 

II. La Parole de Dieu est dans la bible ; mais la bible n’est pas la parole de Dieu

C’est une boutade qui se vérifie par l’analyse de certains passages de la bible que nous allons prendre. Parce qu’en réalité, lors qu’on dit, en 2Timothée 3, verset 16 (version bible Parole de Vie) :

« Tous les Livres Saints ont été écrits avec l’aide de Dieu. Ils sont utiles pour enseigner la vérité, pour persuader, pour corriger les erreurs, pour former à une vie juste. » Cela est plus correct que dans les autres versions de la bible, exemple version Louis Segond :

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice ». Cette affirmation de la version Louis Segond, entend que même, un roman est inspiré de Dieu, ce qui est faux.

Afin de rester dans la vérité, il faudrait plutôt, écrire : « Toute écriture, inspirée de Dieu, est utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice ». Cette formulation de la phrase rejoint celle de la version Parole de Vie qui ne retient que « les écritures inspirée de Dieu » dans l’enseignement spirituel.

Par ces erreurs de manipulation, plusieurs théories ou enseignements sur la Parole de Dieu ont été introduites dans la bible, et troublent, en ce moment tous ceux qui sont chrétiens.

Certains diraient, « alors, ce ne sont pas de vrais chrétiens » : cette opinion est une fausse qui nous vient de l’endoctrinement catholique du Jésus d’inspiration astrologique. La réalité, c’est que les cultes à dieu, pour ne pas dire les églises, foisonnent, différents les uns des autres. Il y a de quoi perturber les âmes, plus sensibles.

Actuellement, dans les bibles qui sont vulgarisées, il y a quatre (4) livres évangéliques : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Qui sont ces personnes, des Apôtres ? S’ils ne sont pas tous des Apôtres, qui a permis que leurs écrits soient retenus dans la bible ; et que d’autres, soient classés comme livres Apocryphes, c’est-à-dire douteux ?

Il nous est dit, dans 1Thessaloniciens 5 verset 20-21 : « Ne méprisez pas les prophéties. Examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon ». 

Selon l’Apôtre Paul, il ne faut pas mépriser la parole de ceux qui sont inspirés ; mais de les examiner. C’est un conseil avisé, parce que la parole, en Proverbes 3 verset 5, dit : « confie-toi en l’Eternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ». C’est-à-dire, en examinant la parole, ne le fait pas avec ta propre sagesse, ta propre conscience. Mais appuie-toi sur Dieu.

Que signifie, « livres saints » quand dans 2Timothée 3, verset 16, la version Parole de vie dit, « Livres saints » ? Nous dirons que, ce sont tous les livres canoniques que les religions utilisent. N’importe quelles religions ; parce que chacun dit dans son culte que c’est Dieu qui l’a inspiré. C’est pour cela, il importe de faire les analyses dans l’ensemble des livres et comprendre, lesquels sont vraiment saints.

L’ange qui est apparu à l’Apôtre Jean, en Apocalypse 1 verset 11, disait : « Ce que tu vois, écris-le dans un livre ». C’est pour cela, en Deutéronome 4 verset 2, il est dit : « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. » Avant le Nouveau Testament, dans l’Ancien Testament, le Père avait donné des recommandations. C’est pour cela, il est écrit, dans Hébreux 1 versets 1-4 :

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur ».

Le Père, Tout-Puissant a parlé, par la bouche de ses anges, aux patriarches de l’ancienne alliance. Il leur a fait comprendre, d’écrire ce qu’ils voyaient dans des livres.

On sait qu’il y a plein de livres qui sont apparus. Actuellement, on a entre autres, les livres classés apocryphes ou douteux.

La parole dit de ne pas retrancher et de ne pas rajouter ; mais de respecter les commandements, tels que c’est. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Dans un livre ou évangile apparu dans l’ancien temps, s’il est dit que Christ s’est marié ; pourquoi allons-nous écarter ce livre-là, pour ne pas soi-disant scandaliser la foi des autres ? Il est dit, dans Exode 7 verset 1 :

« L’Eternel dit à Moïse: Vois, je te fais Dieu pour Pharaon: et Aaron, ton frère, sera ton prophète ». Moïse, en tant que Dieu, s’est marié et a eu des enfants. Qu’est-ce que cela peut faire si Jésus était marié ? Est-ce que cela lui enlèverait le titre de Sauveur ? Non.

C’est pour cela, nous allons vérifier pourquoi, on a disqualifié les autres livres de la parole sainte et on les a classés comme apocryphes ? Est-ce que ces livres sont réellement douteux, ou bien, est-ce la bible que nous avons qui est douteuse ?  Que nous cachent les quatre (4) évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean) ?

Psaumes 37 verset 32, dit : « Le méchant épie le juste, et il cherche à le faire mourir ». Le Père, Tout-Puissant, dans Deutéronome 4 verset 2, donne des recommandations, en disant d’écrire dans les livres, rouleaux, des parchemins, dans les temps jadis. Quand Dieu ordonne à ses fils, Satan, le chérubin, jadis oint et ses compagnons, épient le peuple de Dieu. C’est ce qui est dit dans le psaume 37, pour vouloir modifier la loi de Dieu ; afin de les accuser sous prétexte qu’ils sont sortis de la loi ; et alors, ils vont mourir.

Comment ces méchants épient le peuple de Dieu ? Comment modifient-ils les écritures ?

La réponse se trouve dans, Jérémie 18 verset 18 : « Et ils ont dit: Venez, complotons contre Jérémie! Car la loi ne périra pas faute de sacrificateurs, Ni le conseil faute de sages, ni la parole faute de prophètes. Venez, tuons-le avec la langue; Ne prenons pas garde à tous ses discours! » Ce sont ces méchants qui envoient, les scribes, les pharisiens hypocrites, les philosophes, les archéologues pour tromper, duper les enfants de Dieu. Quand il est dit : « venez », il s’agit de plusieurs personnes qui montent un complot contre Jérémie : « Montons contre Jérémie » ; veut dire aussi, « montons un complot contre : Dieu, le premier-né, la loi de Dieu, la parole du Père, les Saints » :

-              « Venez, attaquons-le avec des calomnies » (version bible Semeur)

-              « Venez, et frappons-le de la langue » (version Darby)

-              « Venez, et tuons-le avec la langue » (version Louis Segond)

-              « Portons-lui un coup fatal par une campagne de dénigrement » (version bible Français courant)

-              « Allons-y ! Attaquons-le en disant du mal de lui » (version Parole de Vie)

-              Etc.

« Tuons-le avec la langue », consiste, à modifier les écritures, rajouter d’autres rouleaux, etc.

2Pierre 2 verset 2, (version Osterval) dit : « Et plusieurs suivront leurs doctrines de perdition, et la voie de la vérité sera blasphémée à cause d’eux ».

« La voie ou route ou chemin de la vérité sera blasphémée ». Il n’est pas dit : « La vérité sera blasphémée, à cause d’eux ». Le chemin de la vérité, c’est la personne du Premier-né. Il dit, en Jean 4 verset 6 : « Je suis le chemin ». C’est donc lui qu’ils calomnient ; parce que Christ est la pierre angulaire, la discorde de toutes les religions, de tout ce qui est dans le monde (physique, spirituel, etc.) : Il est la contradiction de toute croyance.

Analysons d’abord les livres dont nous disposons.

Luc1 verset 1, version Semeur : « Plusieurs personnes ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont passés parmi nous ». Nous devons savoir que Dieu seul crée le langage (Genèse 11 verset 7). Dans ce verset, il y a deux révélations :

-              « Plusieurs personnes » : Quelles sont, ces personnes qui ont entrepris d’écrire ? La révélation, c’est que cette phrase peut être reformulée de la façon suivante : « Plusieurs personnes qui ne sont pas avec nous » ; c’est-à-dire, ce sont des étrangers qui ont écrit. Des étrangers sont venus réécrire ce qui s’est passé parmi le peuple de Dieu.

-              « Nous », concerne le peuple de Dieu.

Quand on lit d’autres versions des bibles,

Parole de Vie, dit : « Certains ont vu depuis le début ce que Dieu a fait chez nous. Ensuite, ils ont annoncé sa parole ».

« Certains » sont les étrangers. Luc nous donne la révélation que les étrangers « ont vu » comment Dieu agissait parmi son peuple (par des miracles, etc.), ils ont pris ces récits et ont commencé à enseigner cela, même, au peuple de Dieu. Alors, quelques gens dans le peuple de Dieu ont commencé, à leur tour, à écrire ce que les étrangers ont commencé à leur enseigner : leur propre histoire.

Quels sont ces étrangers ? Qui les a mandatés ? Surtout, avaient-ils le Saint-Esprit ?

La version Bible français courant dit : « Cher Théophile, Plusieurs personnes ont essayé d’écrire le récit des événements qui se sont passés parmi nous ». « Cher Théophile », veut dire que Luc n’était pas Théophile. Qui est donc Luc qui écrit ? Il n’était pas Apôtre, non plus. Alors, lui aussi, qui l’a mandaté ? Il dit :

« Plusieurs personnes ont essayé » : C’est une révélation. Cela veut dire que ces étrangers qui ont commencé à écrire notre histoire, et qui se sont mis à l’enseigner, même au peuple de Dieu, n’ont même pas réussi. Ils ont essayé plusieurs fois, mais en vain. Et c’est, ceux-là qui ont échoué dans leur tentative d’écrire la parole ; c’est eux qui viennent l’enseigner au peuple de Dieu. C’est pour cela que Dieu dit, dans Osée 4 verset 6 : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance ». Et dans Jérémie 8 verset 8 : « C’est bien en vain que s’est mise à l’œuvre, la plume mensongère des scribes ».

Dieu nous dit que c’est « en vain » parce que le véritable peuple de Dieu va connaître ses vérités. C’est pour cela Christ, en Jean 10 verset 16, dit : « J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger ». « Entendre ma voix », signifie, si vous acceptez la parole vraie qui est annoncée, maintenant, vous allez venir dans sa bergerie. Parce que, avec moi, l’esprit du père est un. Cette parole est esprit et vie ; et ne devrait pas laisser oisif. C’est donc en vain que s’est mise à l’œuvre la plume mensongère des scribes.

Lamentation 5 verset 2, dit : « Notre héritage a passé à des étrangers, nos maisons à des inconnus ». Et Jude 1 verset 4, Parole de vie :

« Je vous écris parce que des hommes mauvais sont venus en secret parmi vous. Ils tordent le message d’amour de notre Dieu, afin de pouvoir se conduire n’importe comment, et ils rejettent Yehoshua Ha Masha, notre seul Maître et Seigneur. Depuis longtemps, les Livres Saints ont annoncé leur punition ».

« Vous », c’est le peuple de Dieu. « Les hommes mauvais » sont des étrangers, et des lâches qui étaient parmi nous, et qui ont collaboré avec les étrangers. « Secret » : Ils sont venus en secret. C’est pour cela que Christ dit qu’il y a des gens ou loups qui mettent des habits de brebis ; ils font comme des brebis, et dès qu’ils voient des brebis engraissées, ils enlèvent leur fausse peau et commencent à les dévorer. « Ils tordent » le message d’amour de notre Dieu. Mais c’est en vain.

Jude 1 verset 14 : « C’est aussi pour eux qu’Enoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades ».

« Eux », ce sont les étrangers.

Mais, on vous annonce que Jude a fait référence à un livre, celui d’Hénoc ; celui que Hénoc a écrit. Or, Hénoc n’était pas hébreux ; il n’a donc pas pu écrire en hébreux. Alors, quand on dit que les textes originaux sont en hébreux et grec, c’est un égarement. Mais, ce verset informe que Jude, le frère de Yehoshua, a approuvé le livre d’Hénoc. Alors, pourquoi le livre d’Hénoc ne figure pas dans les livres de la bible. On a considéré le livre d’Hénoc comme douteux, apocryphe. Jude qui avait le Saint-Esprit, a énuméré un passage du livre d’Hénoc : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades ».

Livre d’Hénoc 2 verset 1 : « 

14:50 Écrit par BODO dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.