topblog Ivoire blogs

15/05/2012

Que dire de la trinité et divinité en relation avec la qualité de notre adoration ?

Cette question se pose au chrétien parce qu’elle divise. Les uns parlent de trinité et les autres de divinité.

La trinité, selon ses observateurs signifie l’égalité entre :

-                  Dieu, le Père

-                  Dieu, le fils en la personne de Jésus-Christ ;

-                  Et Dieu, Saint-Esprit.

Selon les fidèles de ce concept, les trois constituent un personnage. Ces trois personnes sont distinctes mais inséparables.

Quand aux partisans du concept de la divinité, considérer trois personnages revient à parler de trois Dieux.

Sortons donc de ces concepts qui ne sont pas bibliques et observons et analysons la révélation que Le Seigneur Lui-même nous donne.


Selon cette révélation, Jésus-Christ est l’égal de Dieu, Le Père, pendant sa mission. En d’autres termes, Jésus-Christ n’est pas Dieu, Le Père.

C’est Jésus-Christ qui a présidé à toute la création de Dieu, Le Père :

a. Apocalypse 3 verset 14 : « …Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le principe (ou commencement) de la création de Dieu. » C’est pourquoi, l’Evangile selon Jean dit : « Au commencement était la parole, et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. » (Jean1 verset 1)

b. Psaumes 2 verset 1-12 : « Pourquoi ce tumulte parmi les nations, ces vaines pensées parmi les peuples ? Pourquoi ces rois de la terre se soulèvent-ils, et les princes se liguent-ils avec eux contre l’Eternel et contre son oint ?

Brisons leurs liens, délivrons-nous de leurs chaines !

Celui qui siège dans les cieux rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle dans sa colère, il les épouvante dans sa fureur : C’est moi qui es oint mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! Je publierai le décret ;

L’Eternel m’a dit :

Tu es mon fils ! Aujourd’hui, je suis devenu ton Père. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, les extrémités de la terre pour possession ; tu dirigeras ces peuples très durement, comme des plats en terre, tu les briseras. Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, recevez instruction ! Servez l’Eternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement. Au Fils, rendez hommage, pour éviter qu’il s’irrite et que vous périssiez tous dans la voie que vous suivez. En un instant, sa colère contre vous peut s’enflammer. Oui, heureux sont tous les hommes qui, en lui, cherchent refuge ! » (Ps.2v1-12)

A la fin de sa mission de gestion, il remettra tout « entre les mains » du Père qui l’a envoyé. C’est ce qui est dit en 1Corinthiens 15 versets 24 – 28 :

« Ensuite viendra la fin, quand il (Christ) remettra le royaume à celui qui est Dieu et le Père, après avoir réduit à l’impuissance toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera réduit à l’impuissance, c’est la mort. Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. »

Pour réaliser cette mission, de direction, de toute la création, il avait besoin de moyens et, Dieu, Le Père lui en a donnés. Il l’a investi de son pouvoir. Ainsi :

 

1. Jésus-Christ est Rois des rois et Seigneur des seigneurs

Apocalypse 19 verset 16 : « Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs. » Des titres qui désignent Dieu, Le Père, lui-même, à la différence que dans le deuxième « seigneur » de, « Seigneur des seigneurs », en ce qui concerne le Père, le Fils y est inclus.

Deutéronome 10 verset 17 : « Car l’Eternel, votre Dieu, est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point de favoritisme et qui ne reçoit point de présent. »

 

2. Il châtie celui qu’il aime

Apocalypse 3 verset 19: « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. » (Idem, Psaumes 2 verset 12) 

 

3. Jésus-Christ a la même description physique que Dieu, Le Père

Apocalypse 1 verset 14 : « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu. » (Idem, Daniel7 verset 9)

 

4. Il est le premier et le dernier comme Dieu, Le Père (Esaïe 44 verset 6)

Apocalypse 1 verset 18 : « Je suis le premier et le dernier… »

 

5. Enfin, Jésus-Christ est l’Alpha et l’Oméga

Apocalypse 22 verset 13 : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. » (Idem, Apocalypse 1 verset 8)

 

A ce titre de Dieu, Jésus-Christ mérite reconnaissance, et reçoit l’honneur, et la prosternation. Ainsi :

Matthieu 28 versets 9 et 17, les disciples de Jésus-Christ (c’est-à-dire Jésus ressuscité), se prosternèrent devant lui. De même :

Apocalypse 5 verset 13-14 : « Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles !  Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les anciens tombèrent pour se prosterner.»

 

Mais Jésus-Christ n’est pas Dieu, le Père dont il a dirigé la création. Lui-même dit :

Jean 17 verset 3 : « Or, la vie Eternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

Jésus-Christ est :

-                  « le témoin fidèle » (Ap.1v5).

-                  Le seul envoyé de Dieu qui ait reçu, de mettre sous ses pieds, les peuples de toutes les nations de la terre avec les attributs de Dieu, Le Père afin accomplir sa tâche. C’est pour cela, il est aussi Dieu avec un grand D, majuscule comme pour Moïse (Exode4 verset 16). La différence est dans l’étendue des territoires, la durée de la mission et l’importance des pouvoirs reçus : Christ a reçu « tout pouvoir ». Jésus-Christ a reçu le pouvoir parce qu’il est sorti de Dieu, Le père. (Jean 16 verset 28 ; Psaumes 2 verset 7 ; Hébreux 1 verset 5 ; Hébreux 5 verset 5)

A la fin de sa mission, Jésus-Christ cèdera la place à Dieu, Le Père, après le millénium :

1Corinthiens 15 versets 24, 25, 26  :

« Puis viendra la fin, lorsque le Christ remettra la royauté à Dieu le Père, après avoir anéanti toute Domination, toute Autorité et toute Puissance hostiles.

Il faut, en effet, qu'il règne jusqu'à ce que Dieu ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort ».

La mort personnifiée n'est pas une amie qui permet d'être délivré de son corps comme le pensaient certains Corinthiens et en accord avec certaines philosophies grecques. Non ! Elle est l'ultime adversaire de Jésus-Christ et sera détruite.

« Car, comme il est écrit : Dieu a mis toutes choses sous ses pieds. Mais quand l'Écriture déclare : Tout lui a été soumis, il faut, de toute évidence, en excepter celui qui lui a donné cette domination universelle. Et lorsque tout se trouvera ainsi amené sous l'autorité du Christ, alors le Fils lui-même se placera sous l'autorité de celui qui lui a tout soumis. Ainsi Dieu sera tout en tous » (1Corinthiens 15.27-28).

Par le fait que Jésus est le médiateur entre Dieu et les hommes, il est constamment mis en avant. À la fin des temps, lorsque toutes les Écritures seront accomplies et que l'espace-temps ne sera plus, aura lieu un rééquilibrage de l'ordre divin. Le Fils se placera sous l'autorité du Père et ainsi Dieu dans la totalité sera tout en tous.

Si nous étions dans un gouvernement humain, nous dirions que :

-                  Dieu est le Président qui a les pleins pouvoirs qu’il délègue de temps en temps. Dans le cas de Jésus-Christ, il lui a donné la totalité du pouvoir qui peut lui permettre de réussir sa mission.

-                  Jésus-Christ est alors le premier ministre qui conduit toute la création de Dieu afin de mettre tous les ennemis de Dieu sous ses pieds.

-                  Les Apôtres, Pasteurs, etc… sont les ministres de Dieu.

-                  Etc…

En réalité, le Saint-Esprit est une manifestation de Dieu, Le Père, dans ses envoyés. Dans l’Ancien Testament, Dieu a parlé à certains par l’intermédiaire des anges ou du Saint-Esprit appelé l’Esprit de Dieu. Ainsi, Jéthro, beau-père de Moïse, Sacrificateur de Madian (ou Ethiopie) qui connaissait Dieu, a été comme un ange pour son beau-fils. Il lui a conseillé une organisation :

Exode 18 verset 18-19 : « Le beau-père de Moïse lui dit : — Ta façon de faire n'est pas bonne. Tu finiras, à coup sûr par t'épuiser, toi et le peuple qui est avec toi, car la tâche dépasse tes forces. Tu ne peux pas l'accomplir seul. Maintenant écoute le conseil que je vais te donner, et que Dieu te vienne en aide. Ton rôle est de représenter le peuple auprès de Dieu et de porter les litiges devant lui. »

Et Dieu l’a approuvé. Partant de cette organisation, il a dit à Moïse :

Nombres 11 versets 16-17 : « L'Éternel répondit à Moïse : — Rassemble-moi soixante-dix hommes choisis parmi les responsables d'Israël, des hommes que tu sais être des responsables et des chefs du peuple, et amène-les devant la tente de la Rencontre. Qu'ils se tiennent là avec toi. Alors je descendrai m'entretenir là avec toi, je prendrai de l'Esprit qui est sur toi et je le leur donnerai, pour qu'ils portent avec toi la charge de ce peuple, de sorte que tu n'auras plus à la porter seul ».

Dieu juge, à propos, de répondre à cette plainte de Moïse en lui donnant des aides de camp afin de lui ôter le sentiment de son isolement. Il lui associe des conseillers qui partageront avec lui la responsabilité de conduire le peuple. Ces personnes ne sont pas les juges que Moïse institua sur le conseil de son beau-père et qui n'avaient à s'occuper que des affaires litigieuses. Il ne s'agit pas non plus des soixante-dix anciens qui montèrent avec Moïse et Aaron sur le mont Sinaï, car leur rôle de représentants du peuple ne fut pas prolongé, sans qu'on sache pourquoi.

Les conseillers dont il est ici question devront porter avec Moïse le fardeau du peuple, c'est-à-dire l'aider à le diriger et à pourvoir à ses besoins. Nous n'avons aucun détail sur la nature de leur mandat, ni sur la manière dont ils le remplirent. Les Juifs ont vu dans ce conseil d'Anciens l'origine du Sanhédrin, ou Grand Conseil, celui qui condamna Jésus-Christ à mort. Cependant, celui-ci n'apparaît que longtemps après le retour de l'exil à Babylone à la fin du 6e siècle av. J-C.

Ces responsables vont recevoir le même guide spirituel que Moïse. Mais il n'y aura pas de déperdition, car l'Esprit ne s'affaiblit pas en se divisant, pas plus qu'une flamme de bougie ne diminue lorsqu'elle sert à en allumer d'autres. L'autorité de Moïse ne sera pas non plus affectée puisque ces conseillers, étant animés par le même Esprit que leur chef, agiront dans le même sens que lui.

Ainsi, lorsque Moïse et les Anciens agissent, c’est Dieu, Le Père qui agit en eux. De même dans le Nouveau Testament, Jésus-Christ était remplit du Saint-Esprit. Quand il agissait, c’était Dieu, Le Père qui agissait en lui.

Mais entant qu’homme, Jésus-Christ était limité parce qu’il ne pouvait être partout en même temps ou user de son pouvoir divin sans compromettre sa mission. Alors, il posa cette question à ses disciples :

Matthieu 16 verset 15 : « Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? »

Jésus fut satisfait par la réponse de Pierre : « …Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant », dit-il. Alors Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon, car ce n’est pas de toi-même que tu as trouvé cela. C’est mon Père céleste qui te l’a révélé. » (Verset 17) C’est en ce moment même que Jésus a donné à Pierre son nom et sa place de leader.

Cette révélation venait du Saint-Esprit. A partir de là, Jésus étant maintenant assuré que ses disciples savaient qui, il était, il leur demande discrétion parce que :

o       ce n’était pas la pensée des Juifs de l’époque qui sont matérialistes ;

o       maintenant, il veut protéger ses disciples contre les ruses de Satan. Alors il décide de les préparer à l’enseignement du poteau : Il doit partir pour que le Saint Esprit vienne. Si, son ministère doit évoluer sur terre, il lui faut des ressources humaines. Les personnes de départ venaient d’être identifiées ; il fallait qu’ils aient, non plus un Dieu en forme humaine, mais un Dieu qui soit en eux tous les jours, partout où ils iront et qui travaille avec eux ; et qui les fortifierait. Sa mission à lui, entant qu’homme devait (il fallait) prendre fin sur terre. Il devait donc faire place à l’Esprit de Dieu dont la mission est plus large, plus étendue.

On voit bien que là, le même Esprit de Dieu qui agissait dans l’ancienne Alliance, est le même qui prend place. Il succède à Jésus. Comme Jésus-Christ était investi des pouvoirs divins, le Saint-Esprit va donc continuer l’œuvre de Jésus-Christ.

Caricaturé, on dira que, Dieu qui inspirait Jésus par son Esprit, va maintenant inspirer chaque chrétien, mais au nom de Jésus-Christ, sous la mission duquel, chaque chrétien est devenu enfant de Dieu.

Ce n’est donc pas une troisième personnalité distincte, mais la puissance de Dieu dont est investi Jésus-Christ pour sa mission. Dieu n’étant pas une personne physique, il agit par son Esprit.

Soyez béni.

Le frère GBALLOU Daniel-Yves

17:54 Écrit par BODO dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.